21/01/2007

L HOMME DISPARITION (le apres)

Que se passerait-il si l'espèce humaine disparaissait immédiatemen

 

 

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de Sophie Miranda.

Un article publié dans NewScientist se pose la question suivante : "Que se passerait-il si l'espèce humaine disparaissait immédiatement ?" Les réponses qu'ils donnent à cette question sont assez fascinantes.

Pour résumer ce qui se passerait, le plus simple est de reprendre
l'article publié dans le Times.

Donc, l'hypothèse est la suivante : les 6,5 milliards d'êtres humains qui vivent sur la planète Terre disparaissent d'un coup. Que se passe-t-il ?



- Immédiatement : La plupart des espèces menacées d'extinction commencent à récupérer.

- 24 à 48 heures : Fin de la pollution légère.

- 3 Mois : Baisse de la pollution de l'air (oxyde d'azote et oxydes de soufre)

- Sous 10 ans : Disparition du méthane dans l'atmosphère.

- Sous 20 ans : Les routes de campagne et les villages disparaissent sous la végétation. Les OGM disparaissent.

- Sous 50 ans : Les poissons reviennent à leur population normale. Les nitrates et le phosphates disparaissent de l'eau potable.

- 50 à 100 ans : Les villes et les rues des villes disparaissent sous la végétation

- 100 ans : Le maisons en bois tombent en ruine.

- 100 à 200 ans : Les ponts s'écroulent.
- Sous 200 ans : Les buildings en verre et métal s'effondrent. Les champs de blé et de maïs redeviennent de la prairie.

- Sous 250 ans : Les barrages s'effondrent.

- Sous 500 ans : Les barrières de corail se régénèrent.

- 500 à 1000 ans : Les décharges organiques sont "digérées" par l'environnement en majeur partie.

- 1000 ans : La plupart des constructions en brique, en pierre et en ciment sont en ruines. Le C02 dans l'atmosphère est revenu à son niveau pré-industriel.

- 50 000 ans : La majeure partie des verres et des plastiques sont dégradés.

- Après 50 000 ans : Les traces du passage de l'espèce humaine sur Terre se résume à quelques restes archéologiques ... mais certains déchets chimiques créée par l'homme vont mettre plus de 200 000 ans à disparaître, et les déchets nucléaires resteront toxiques pendant plus de deux millions d'années.

Pour en savoir plus :
1.
Imagine Earth without people (NewScientist)
2.
200,000 years for all trace of Man to vanish from the Earth (Times Online)
3.
Les huit extinctions de masse de l'histoire de la Terre (Gaïa)

09:11 Écrit par CAST dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : terre |  Facebook |

09/01/2007

LE CYCLE DESTRUCTEUR

LE CYCLE DESTRUCTEUR
Les déluges et la déstruction des premières civilisations


Nous savons actuellement que la Terre a subi plus de vingt périodes de glaciations alternées avec des périodes de réchauffements. Durant ces longues périodes glaciaires, on sait que l'Europe du Nord et l'Amérique du Nord étaient recouverts de couches de glace pouvant atteindre parfois plus de 3000 mètres d'épaisseur.

La terre, tout comme le soleil possèdent et subissent des cycles qui leurs sont propres. Des cycles qui sont peu de chose à l’échelle humaine mais qui ont de fois en fois de l’influence sur notre qualité de vie. Un de ces cycles possède une fréquence de 396 ans. Et, à tous les 13 cycles de ce 396 ans pour diverses raisons, la terre entre dans un cycle plus sévère de conséquence. Ces 13 périodes de 396 années donnent un total de ~5126 ans.

Ce supercycle de ~ 5126 ans n’est pas constant, lui-même inscrit à l’intérieur d’un autre cycle qui est de la même durée que la précession des orbites soit 25.900 ans et dont le maximum aurait eu lieu il y a 10256 ans. Les cycles subséquents incluant celui de 2012 sont le déclin de ce maximum et celui ci est probablement le dernier pour un moment. La quasi-totalité des grandes périodes de la terre et des sociétés de l’homme analysé s’harmonisent avec ce cycle de 396 ans. Les calendriers Maya confirment ce cycle déstructeur.


Puis le déluge revint et celui qu’on appelait Marduk, Apep, Seth, Typhon, Némésis, Shiva, Gung-gung, La grande Noire, Le Dragon Rouge, Le grand Phœnix, Yahweh, Quetzalcoatl, Lucifer, Wormwood, Étoile Bleue, Étoile Rouge, Fier Messager, Grande Étoile, Grande Comète, La Comète du Jugement Dernier, The Day of the Lord, Le Jugement Dernier, Le Perturbateur, l’Intrus, Christos, l’Invité Céleste, Nibiru, revint encore une fois imposer son cycle à la terre et aux hommes ...


La période glacière (le Pléistocène) laissa sur la planète des pôles de glace beaucoup plus importants qu’ils ne le sont aujourd’hui. La glace recouvrait la quasi-totalité de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud, ne laissant que l’équateur et autres endroits épars. La dernière période glaciaire s’est étalée de 110.000 av. J.C. à 13.000 av. J.C.

La période Terra Incognita identifiée ainsi à cause de son impact très important sur le développement des générations mégalithiques et modernes jusqu’à nous. Cette période débuta en 13426 avant JC pour se terminer en 8280 avant JC. C'est durant cette période que des civilisations et des continents auraient disparus: Atlantide, , Malaysia, etc..

La période mégalithique, est la génération d’avant nous, celle des dolmens et des pyramides. D’une durée de 5146 ans elle aussi, elle débuta en -8280 av. J.C. et se termina en -3134 av. J.C.

La période de l' Après Déluge, est la période moderne. Elle comprend tout ce qui s’est produit depuis le dernier déluge jusqu’à ce jour. Elle débuta en 3134 av. J.C et se terminera en 2012.

Avant 11 000 ans on pouvait traverser la Manche à pieds sur la banquise gelée et rejoindre la France ou la Belgique depuis l'Angleterre. Mais de nombreuses terres côtières habitées en Belgique, Hollande, Allemagne, Danemark, côtes méditerranéennes, Espagne, Italie, Grèce, Turquie, Egypte, Libye, Golfe Persique (avec Mésopotamie), Inde, Pakistan, Chine, Philippines... se sont non seulement retrouvées submergées mais ont en plus subi de plein fouet tous les phénomènes climatiques naturels comme tempêtes, cyclones et raz de marées liées aux phénomènes du grand déluge universel. Il n'y aurait donc pas eu une catastrophe, mais plusieurs grands déluges accompagné de plusieurs séismes " même si leurs relations avec le dernier déluge n'apparaît que de manière indirecte ! C'est également ce qu'affirmait le vieux prêtre de Saïs au grec SOLON.


LA DERNIERE PERIODE GLACIAIRE

Le Pléistocène est l'époque géochronologique qui s'étend du début du Quaternaire, il y a environ 1,6 millions d'années à environ il y a 10.000 ans. Cette époque est caractérisée par une succession de changements climatiques brusques et de forte amplitude qui engendrèrent une alternance de périodes glaciaires et interglaciaires. On a évalué que la glace couvrait par moments jusqu'à 30 % de la superficie des continents. La dernière glaciation du Pléistocène, celle du Würm (pour l'Eurasie) ou du Wisconsinien (pour l'Amérique du nord) a duré d'il y a ~110.000 ans à il y a ~13 000 ans, et atteint son extension maximale il y a environ 20.000 ans (Les spécialistes des paléoclimats situent le dernier maximum glaciaire entre -25.000 et -17.000 ans), époque à laquelle de vastes régions des latitudes hautes et moyennes étaient recouvertes de glace.



C'est donc à cette époque (environ 20.000 ans) que s'est constituée la fameuse terrasse sous-marine de -110 mètres, profondeur maximale (pour le Quaternaire). Ce niveau -110 mètres a été retrouvé dans le monde entier (à quelques mètres près selon les régions). L'océan s'y est maintenu pendant plusieurs milliers d'années, comme le montre l'étude minutieuse du talus continental. C'est la grande époque du Pléniglaciaire, contemporain du Paléolithique supérieur, avec ses civilisations bien connues : le Moustérien, d'abord, puis l'Aurignacien, le Gravettien et le Solutréen.

Les masses glaciaires sont alors énormes, atteignant un volume total de près de 75.000.000 km³ contre 26.000 000.km³ de nos jours, soit quasiment trois fois moins. Cela signifie que les deux tiers des glaciers ont disparu depuis, et que parallèlement la remontée globale du niveau marin ait été de 110 mètres. L'emprisonnement de l'eau de mer sous forme de glace a entraîné une phase de régression marine, un abaissement du niveau des océans. À l'inverse, les périodes interglaciaires ont été l'occasion d'épisodes de transgression, c'est-à-dire d'invasion des continents par l'eau de mer. Les côtes actuelles doivent leur aspect actuel à la dernière transgression, la transgression flandrienne il y a environ 10.000 ans. La fonte des glaces entraîna une élévation du niveau de la mer d'une centaine de mètres ou plus et donc l'inondation de vastes zones continentales.

A l'université de Stuttgart-Hohenheim, un professeur allemand s'est penché sur l'étude d'arbres vieux de plus de dix mille ans qu'il a repêché dans les nappes phréatiques d'anciennes gravières du Danube que les courants souterrains ont protégé des moisissures. Par l'étude des cernes contenus dans la coupe transversale de ces arbres, ce professeur a constaté une augmentation du deutérium et du carbone 13 coïncidant avec une élévation de la température de notre atmosphère de + 5 à + 7°C ce qui localise exactement la fin de la dernière ère glaciaire que le Professeur Becker situe en l'an -8975 avant JC.

Ce que confirme une autre méthode effectuée par l'opération GREENLAND ICE CORE PROJECT qui fore au Groenland dans une couche de glace dépassant 3100 mètres d'épaisseur afin d'y retirer des carottes-échantillons contenant les flocons de neige tombés depuis -120 000 ans ! Ces flocons de neige analysés au microscope électronique contiennent de minuscules bulles d'air qui nous racontent l'Histoire des températures tombées couche après couche, telles qu'on aurait pu les relever chaque année durant " les périodes des deux dernières glaciations ! "

Des carottes-échantillons de glace ont été envoyées au Professeur Bernard Stauffer de l'Université de Berne en Suisse où l'examen des échantillons au microscope électronique confirme une fonte brutale des neiges vers cette période de -9000 ans due à un brutal réchauffement de notre climat. Même si cette période de réchauffement n'a duré au maximum qu' une vingtaine d'années, cette fonte brutale des glaciers a par effet de serre, dégagé d'énormes condensations qui ont déclenché de véritables pluies diluviennes, provoquant avec la montée des mers et des rivières la mort de nombreuses vies. Comme nous le constatons ces deux méthodes indiquent pratiquement la même date.

-15000 ans : Un premier réchauffement (dit réchauffement solutréen) et première fonte des glaces. Parallèlement, quasi automatiquement, démarra une remontée du niveau de la mer, lente mais inexorable, qui grignota le talus continental jusque-là préservé des effets mécaniques de l'érosion marine. Ce fut aussi le début de l'exode pour les tribus qui vivaient paisiblement au bord de la mer, où ils trouvaient facilement leur nourriture grâce à la pêche de poissons et de petits crustacés.

-13500 ans : Alors que le niveau marin était à -80 mètres (ayant progressé de 30 mètres par rapport au niveau plancher), que se produisit une première débâcle, dite débâcle atlantique ou Déluge de Lascaux. La déglaciation s'accéléra soudainement avec l'éclatement définitif de la calotte glaciaire qui recouvrait tout le nord de l'Europe et qui bloquait surtout toute circulation maritime dans la mer du Nord que nous connaissons. Les glaciologues pensent que le plus gros de la débâcle eut lieu en moins d'un siècle, suite à une série de cataclysmes en chaîne (l'un alimentant le suivant). Le niveau de la mer augmenta alors de près de 20 mètres en quelques années seulement.

-11700 ans : Puis, la montée des eaux se ralentit. Le seuil de -68 mètres (appelé seuil des Dardanelles et qui séparait le lac de Marmara et la mer Égée) fut atteint. C'est alors que cette mer trouva provisoirement un exutoire naturel vers le nord-est, mais elle se trouva ensuite bloquée au seuil du Bosphore infranchissable avec son altitude de -38 mètres. L'ancien lac de Marmara doubla alors de surface, devenant une mer salée entourée de rives dévastées.

-10000 ans : Une longue période de stabilisation autour du niveau -55 mètres qui dura près de 3000 ans (entre -11000 et -8000 environ). Ce seuil est très identifiable sur tous les talus continentaux et il est même considéré comme un repère clé par les océanographes. Cette période d'accalmie, venant après plusieurs millénaires de tracas et d'insécurité permanente, fut mise à profit par les populations pour se fixer et se sédentariser puisque la superficie de leurs terres n'était plus constamment remise en cause par des modifications géographiques. Avec la fin de la stabilisation à -55 mètres se termina le Tardiglaciaire, c'est-à-dire la deuxième grande phase de la déglaciation, qui a vu parallèlement l'éclosion de la civilisation magdalénienne et l'essor du Mésolithique. Ce fut l'entrée dans le Postglaciaire ou Holocène.

- 8000 ans : La mer recommença à monter lentement sur la Terre entière, et donc partout les transgressions marines entraînèrent des conséquences catastrophiques, notamment au niveau des dunes côtières qui furent souvent désintégrées. Cela tint en partie à une substantielle augmentation de la température (+ 4° en une dizaine de siècles) qui contribua à faire fondre, en plusieurs étapes, le grand glacier rescapé du maximum glaciaire qui occupait encore la Scandinavie et la Baltique. Cette fonte allait entraîner plus tard, en -6700, une véritable débâcle qui elle-même allait être la cause du seul déluge de très grande envergure dont on a gardé la trace.

- 7300 ans : Les océans atteignirent le fameuse cote de -38 mètres, celle du seuil du Bosphore. Cela signifie qu'à partir de cette époque (600 ans avant le Déluge), la mer Egée, qui avait déjà envahi le lac de Marmara à partir de -11.700, commença d'envahir progressivement le lac d'eau douce de la mer Noire, la salinisant petit à petit. Partout ce fut la débâcle, notamment dans la Manche dans laquelle l'Atlantique se fraya un passage de plus en plus large et sépara définitivement la France et l'Angleterre, jusque-là riverains d'un grand fleuve Seine qui se jetait alors dans l'Atlantique.

- 6700 : C'est la période du déluge de Noé, la plus grande catastrophe terrestre recensée depuis 10.000 ans. C'est celle que les glaciologues appellent la bipartition associée à la grande débâcle du glacier scandinave. Pour la première fois depuis longtemps, les eaux froides de la mer du Nord rejoignent les eaux salées de l'Atlantique au large des Pays-Bas, pays entre tous menacé par l'océan, suite à un gigantesque raz-de-marée parti des côtes de Norvège. Celui-ci est associé à la débâcle de la partie occidentale du glacier scandinave, qui représentait le quart de la masse totale et dont on a estimé le volume à 200.000 km³. C'est un nouveau passage ouvert d'une façon irréversible qui change tout l'environnement géographique, mais aussi culturel de la région. C'est à cette époque que l 'ouverture du passage Manche / mer du Nord a eu lieu à l'autre extrémité de l'Europe. Plus à l'est, l'eau du glacier scandinave après avoir traversé une bonne partie de l'Europe, envahi la mer Noire ouverte au sud depuis peu et va se déverser pendant une année au moins dans la mer Egée qui s'en trouvera bouleversée.


Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la surface de la Terre et que des filles leur furent nées, " les fils de Dieu " (ou les Elohim - fils du ciel) virent que les filles des hommes étaient belles et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent . (Genèse Ch. 6).

Ces fils de Dieu font donc partie de la période avant le déluge. Selon la Bible ces êtres (qui ressemblaient aux humains) auraient créé une race d'hommes célèbres par leur force et leurs vertus! Hélas nous n'avons que peu de sources sur les périodes précédant le déluge, seul Platon nous apporte le témoignage du grec Solon qui a obtenu d'un chef des prêtres de Saïs quelques renseignements sur une ancienne civilisation : un royaume qui fut longtemps habité par des hommes " sages et bons" mais qui fut par la suite "envahi par la corruption " au point que de nombreuses personnes périrent noyées dans une guerre civile. Cela fait immédiatement penser au grand déluge universel, mais le trou noir de 6000 ans entre le déluge et la nomination du premier ministre Imhotep en Egypte v. - 2750 n'excluent pas que d'autres catastrophes soient intervenues entre temps.

23:31 Écrit par CAST dans l'étrange | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etrange |  Facebook |

LE 21 DECEMBRE 2012

21 DECEMBRE 2012
Le point zéro, début d'une Ere nouvelle


Au lever du Soleil du 21 décembre 2012 et pour la première fois depuis 26.000 ans,
le Soleil se lèvera pour se joindre à l'intersection de la Voie lactée et du plan écliptique.

Puis le déluge revint et celui qu’on appelait Marduk, Apep, Seth, Typhon, Némésis, Shiva, Gung-gung, La grande Noire, Le Dragon Rouge, Le grand Phœnix, Yahweh, Quetzalcoatl, Lucifer, Wormwood, Étoile Bleue, Étoile Rouge, Fier Messager, Grande Étoile, Grande Comète, La Comète du Jugement Dernier, The Day of the Lord, Le Jugement Dernier, Le Perturbateur, l’Intrus, Christos, l’Invité Céleste, Nibiru, revint encore une fois imposer son cycle à la terre et aux hommes ...


LE 21 DECEMBRE 2012 N'EST PAS LE JOUR DE LA FIN DU MONDE !

2012 est une date importante dans l’histoire humaine. Elle marque la fin de trois cycles : 26.000 ans, 5 125 ans et 13 ans. Le grand spécialiste américain de l’astrologie Maya, Bruce Scofield, pense que d’après les inscriptions mayas trouvées sur les stèles, le début du cycle de 5 125 ans. C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel. Le jour « zéro » du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère, ce qui correspond à la date du calendrier Julien 584.283. Cette corrélation a été connue grâce à 3 chercheurs : Goodman, Martinez et Thompson (GMT). Nous sommes également dans un cycle de 13 ans qui a débuté le 21 décembre 1999. Ces trois cycles prendront fin le 21 décembre 2012 .




Au lever du Soleil du 21 décembre 2012 et pour la première fois depuis 26.000 ans, le Soleil se lèvera pour se joindre à l'intersection de la Voie lactée et du plan écliptique. Cette croix cosmique est considérée comme une incarnation de l'Arbre Sacré, l'Arbre de la Vie, un arbre reconnu dans toutes les traditions spirituelles du monde. A ce moment-là notre planète est censée enregistrer de très violents séismes terriblement dévastateurs.

Le 20 mai 2012 il y aura une Éclipse annulaire du Soleil, le 6 juin 2012 ce sera le Second et dernier transit de Vénus du siècle, le 13 novembre 2012 nous pourrons voir une Éclipse totale de Soleil ( visible dans le nord de l'Australie et dans le Pacifique sud ) puis le 21 décembre ce sera la fin du grand cycle 13-baktun dans le calendrier maya (soit plus de 5125 ans).


LE CYCLE DESTRUCTEUR

La terre, tout comme le soleil possèdent et subissent des cycles qui leurs sont propres. Des cycles qui sont peu de chose à l’échelle humaine mais qui ont de fois en fois de l’influence sur notre qualité de vie. Un de ces cycles possède une fréquence de 396 ans. Et, à tous les 13 cycles de ce 396 ans pour diverses raisons, la terre entre dans un cycle plus sévère de conséquence. Ces 13 périodes de 396 années donnent un total de + ou - 5126 ans. Ce supercycle de 5126 ans n’est pas constant, lui-même inscrit à l’intérieur d’un autre cycle qui est de la même durée que la précession des orbites soit 25.900 ans et dont le maximum aurait eu lieu il y a 10.256 ans. Les cycles subséquents incluant celui de 2012 sont le déclin de ce maximum et celui ci est probablement le dernier pour un moment. La quasi-totalité des grandes périodes de la terre et des sociétés de l’homme analysé s’harmonisent avec ce cycle de 396 ans.

La période actuelle de 5146 ans dans laquelle nous vivons présentement se terminera en 2012. Les changements climatiques et géophysiques et cosmologiques actuels, qui n’ont absolument rien à voir avec l’activité humaine, nous démontrent qu’un impact sévère se fait sentir depuis 20 ans. Ce cycle est une période de 20 ans ayant débuté en juin 2000 et se terminera en décembre 2020. D’ici là, suivant les périodicités de la terre et le positionnement des planètes du système solaire des soubresauts géo climatiques importants sont à prévoir.

La période glacière laissa sur la planète des pôles de glace beaucoup plus importants qu’ils ne le sont aujourd’hui. La glace recouvrait la quasi-totalité de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud, ne laissant que l’équateur et autres endroits épars. La dernière période glaciaire s’est étalée de -110.000 ans à -15.000 ans. La Terra Incognita est identifiée ainsi à cause de son impact très important sur le développement des générations mégalithiques et modernes jusqu’à nous. Cette période débuta en 13.426 avant JC pour se terminer en 8280 avant JC. La période mégalithique, qui est la génération d’avant nous celle des dolmens et des pyramides. D’une durée de 5146 ans elle aussi, elle débuta en -8280 av. J.C et se termina en -3134 av. J.C. L' après Déluge, la période moderne, comprend tout ce qui s’est produit depuis le dernier déluge jusqu’à ce jour. Elle débuta en -3134 av. J.C et se terminera en 2012.

Selon platon : "Quand, d'un autre coté les Dieux purgent la terre avec un déluge d'eau, les survivants furent des vieillards et des bergers qui vivaient sur les montagnes. Mais ceux qui vivaient dans les cités étaient happés par les rivières et transporté jusqu'à la mer.".


La catastrophe climatique de 8280 avant JC eut un impact beaucoup plus sévère que celui de 3134 avant JC. Une des raisons est la présence d'un lourd manteau de glace, car le déséquilibre climatique a pour effet de gonfler le niveau des mers supprimant ainsi des milliers de kilomètres de côtes. Puis les brusques remontées de la mer engloutirent des régions entières parfois en quelques heures.

Le catacyclisme qui mit fin à la génération de Terra Incognita fit monter le niveau de la mer. Les derniers refuges importants des civilisations de l’époque du catacyclisme de 8280 avant notre ère : Le plateau mexicain (point d’origine de la civilisation mésoaméricaine); L’Altiplano péruvien des civilisations de la cote sud américaine; Le plateau d’Abyssinie point d’origine des peuples noirs de l’Afrique du nord; Le plateau d’Iran qui fut à l’origine des races nordiques; Le plateau de l’Himalaya qui fut à l’origine des races asiatiques. Autour des derniers refuges de l’humanité, la vie se développa à nouveau, puis en 3134 avant JC le déluge revint...


2012 ET LES MAYAS

Le 21 décembre 2012 marquera la fin du grand cycle 13-baktun dans le calendrier Maya (13 baktuns = 13 cycles de 144 000 jours: 1 872 000 jours soit plus de 5125 ans). La date de 13.0.0.0.0 donne une idée de la date Maya de la création du monde : 6 Sep 3114 BC (Julien) = 11 Aug 3114 BC (Grégorien). Le Compte Long 13.0.0.0.0 devrait de nouveau être atteint le 21 décembre 2012. Les prévisions des Mayas étaient si précises qu’elles se basaient sur une unité de temps qui correspond à 1 millième d’une journée de 24 heures, soit moins de 1 minute et trente secondes.

La compréhension maya du temps, des saisons, des cycles est vaste et complexe. Les Mayas ont eu 17 calendriers différents, dont certains décrivent les événement temporels de façon précise pendant plus de 10 millions d'années. Le calendrier qui attire l'attention, depuis 1987, est appelé le "Tzolk'in" ou "Cholq'ij". Il est basé sur le cycle des Pléiades, et est considéré comme sacré et détermine d'importants tournants de l'histoire de l’humanité.


La Grande Transformation : Cinquième soleil, cinquième dimension, cinquième élément. Après une période de transition 1987-2012 (destruction de l'environnement, chaos social, guerres, bouleversements planétaires, cataclysmes en série, etc.), les gardiens du Temps Mayas considèrent le 21 décembre 2012 (le solstice d'hiver) comme la date de la renaissance, le début du Monde du Cinquième Soleil.

Puis viendra le Changement d'Âge, le temps de la "Grande Transition" vers ce que les Mayas appelaient "l'Âge Itza", l'âge de Lumière et de Sagesse qui aportera la conscience de la multidimensionnalité (5ème dimension). Ce sera le démarrage d'une nouvelle Ère résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie. Les Mayas ont 17 calendriers différents, dont certains décrivent les événement temporels de façon précise pendant plus de 10 millions d'années.

CI-contre: Détail de l’un des calendriers mayas montrant le cinquième Dieu du Soleil Toniatiuh entouré des représentations des quatre cycles de création et de destruction précédents. (Cancun - Mexique).


Il est aujourd’hui établi que le point de départ de ce calendrier, le jour "zéro" du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère. C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel. Ce compte long n’a pas seulement trait au cycle régulier de Vénus autour de la Terre, qui dure en moyenne 584 jours, mais aussi à son cycle complet par rapport à la rotation de l’axe de la Terre, un cycle qui se compte en millions d’années. Les mayas se préoccupaient beaucoup des infimes variations qui créé un décalage entre le plan de rotation de Vénus et l’axe de rotation de la Terre elle-même. Toutes les dates de leur calendrier fait référence au "Grand cycle de Vénus". Le manuscrit Maya désigné sous le nom de "codex Cospi" montre différents aspects de Vénus. Ainsi, avec les cycles de Vénus, les Mayas pensaient pouvoir prédire ce qui arriverait à chaque "mort" de Vénus.

Les anciens Mayas ne sont pas contents de l' interprétation d' anthropologues qui inventent des histoires à propos des Mayas. Certains annoncent la fin du monde pour décembre 2012 alors que c'est faux, le monde ne va pas se terminer. Il sera transformé.

Cette période de transition en 2012 se traduit par une énergie colossale de destruction de l'environnement, de chaos social, de guerre et de changements terrestres. Tout ceci avait été prévu de longue date par les anciens Mayas. Les Gardiens du Temps mayas considèrent le 21 décembre 2012 comme la date de la renaissance, le début du Monde du Cinquième Soleil. Ce sera le démarrage d'une nouvelle Ère résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie.


Le 3 aout 2004 en Grande-Bretagne à proximité du tumulus de Silbury Hill (site de Stonehenge), un Crop Circle extrêmement élaboré a été découvert dans un champs. Désigné par de nombreux spécialistes comme "le crop circle de l’année" et aussi grand qu'un terrain de football, le Cercle de récolte fait directement référence au calendrier Maya et à ses symboles. Baptisé "Jour du Destin" par certains, "Jugement Dernier " ou encore "Fin des Temps" par d’autres, ce majestueux cercle de cultures de plus de 150 mètres de diamètre évoque irrésistiblement la symbolique des anciens calendriers mayas et aztèques.

Steve Alexander, un expert qui a photographié des centaines de cercles de récolte à travers le monde, commente cette incroyable formation : "C'est le cercle de récolte le plus complexe que j'ai jamais vu! je sais qu'un tas de gens pensent que tous ces cercles sont faits artificiellement par la main de l'homme, mais pour celui-ci c'est très peu probable. Cela prendrait des jours pour réaliser un dessin aussi gigantesque : or ce cercle est apparu en une nuit !"


Le cercle de récolte présente sur son pourtour une suite binaire bien connue des anthropologues spécialistes de l’Amérique précolombienne. On en retrouve notamment des éléments sur le socle circulaire d’une statue du XVIème siècle représentant le dieu aztèque Xochipilli et découverte dans les années 1850 sur un versant du volcan Popocatépetl, près de Tlamanalco au Mexique.


Xochi signifie fleurs ou végétation et Pilli signifie Prince. Dans la tradition maya-aztèque, Xochipilli est le dieu de la végétation, des fleurs et des récoltes, mais aussi celui de l’amour, de la beauté, de la musique et de la danse. La statue est faite d’une seule pièce, et d’après le grand anthropologue espagnol Carlos Barrios, qui a passé 25 années au Guatemala chez les Mam, ''les Gardiens du Temps'' selon la tradition maya, elle représente le dieu assis sur la Terre en train d’organiser et d’harmoniser les cycles du temps.
Selon les Olmèques, les Mayas et les Aztèques, ainsi d’ailleurs que dans la tradition indienne et mésopotamienne, le temps n’est pas linéaire mais procède de cycles qui se répètent continuellement : de la même manière que les planètes, les systèmes solaires et les univers naissent, meurent et renaissent de leurs cendres, les particules du temps se répètent indéfiniment en s’enroulant autour d’elles-mêmes sur le serpent de l’infini.

Les différents calendriers Mayas et Aztèques présentent tous l’année 2012 comme marquant la fin du Cycle actuel, celui du "Quatrième Soleil", et le commencement d’un nouveau Soleil, le Cinquième, celui de l’àge Cosmique dont on ne peut se faire aucune idée à travers nos repères actuels. C’est pourquoi l’extraordinaire cryptogramme de Silbury Hill, inspiré de ces calendriers, se réfère probablement lui aussi à cette échéance de l’année 2012.


Le chercheur britannique C. Lewis a travaillé sur le fonctionnement du système de mesures utilisé dans les anciens calendriers mayas et aztèques son adaptation au cercle de Silbury Hill. Selon lui, il ne fait aucun doute que le diagramme figuré sur ce crop circle d’un genre tout à fait nouveau indique une sorte de compte à rebours sur une minuterie en forme "d’horloge-calendrier " inspirée du modèle maya-aztèque.

Chaque carré interne valant 130 ans, la position de l’aiguille sur le dernier carré indique qu'il nous reste un peu plus de 5 % de ces 130 ans à parcourir, soit environ 8 années. Or, si l’on ajoute environ 8 années à août 2004, on tombe à peu près exactement sur l’échéance du 21 décembre 2012 correspondant à la fin des calendriers mayas.
rophéties mayas


L'ANCIEN TESTAMENT ET LA BIBLE

Dans l’Ancien Testament de la Bible, les chapitres 11 et 12 du Livre de Daniel nous précisent qu'il y aura donc 3 années et demi d’épreuves terribles pour l’ensemble de l’humanité (1290 jours), suivies de 1 mois et demi de bouleversements planétaires (45 jours supplémentaires) avant la fin des jours, soit à compter du 25 mars 2009.

La partie de la prophétie qui a trait au "temps de la fin" démarre au verset 40 du chapitre 11 du Livre de Daniel et se termine à la fin du chapitre 12 (le dernier chapitre). Le verset 40 explique que les forces du Roi du Sud vont commencer par harceler le Roi du Nord, et que celui-ci déferlera alors sur le Roi du Sud avec sa puissante armée.

Il y est écrit : "Au temps de la fin, le Roi du Midi se révoltera contre le Roi du Nord, (Les mouvements intégristes musulmans contre l'occident?) et le Roi du Nord fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers et avec beaucoup de navires, pénétrera dans les terres et passera outre (Ce "passera outre" peut fort bien vouloir dire : "ne tiendra pas compte des mises en garde des gouvernements de la Terre"). Et il viendra dans le pays de beauté. ( ce que l’on peut traduire par l’Irak, car jadis, à l’époque de la Chaldée et de Sumer, Babylone était célèbre pour la beauté de ses jardins suspendus et la splendeur de son architecture, et la Mésopotamie ( l’Irak actuel ) pour ses merveilleuses palmeraies qui s’étendaient à perte de vue entre les rives fleuries du Tigre et de l’Euphrate. Certaines traditions situent l’Éden, le paradis terrestre, dans la vaste région s’étendant de la Mésopotamie à l’Arabie, dont la limite sud est le golfe d’Ade )".

La fin de la prophétie (Chapitre 12, versets 11 à 13) dit exactement ceci : "À partir du temps où le Sacrifice perpétuel sera suspendu et où l’Abomination qui désole sera installée, il y aura 1290 jours. Bienheureux celui qui attend et qui parvient à 1335 jours ! Et toi, va jusqu’à la fin. Tu seras dans la paix et tu te tiendras dans ton lot si tu parviens à la fin des jours". (Ce qui signifie vraisemblablement : tu seras alors prêt à hériter de ta véritable condition d’Homme).

L’Apocalypse de Saint-Jean mentionne un astre (Nibiru?), le baptisant du nom "d’Absinthe, amertume", [Apoc. VIII, 11]. Cette planète gigantesque, habituellement désignée sous le nom d’Hercolobus, est appelée par certains la "Planète Froide" et d’autres la nomment la "Planète Rouge" ; elle est incontestablement beaucoup plus grande que Jupiter, le géant colossal de notre système solaire.


2012 ET LES HOPIS

Les Indiens Hopis d'Arizona ont prophétisé depuis des siècles sur de nombreux événements d'ampleur planétaire. Ils avaient annoncé des générations à l'avance la venue d'une race d'hommes barbus, à la peau claire, montés sur des animaux étranges et portant des armes inconnues. Ceux-ci arriveraient d'au-delà de la grande mer de l'Est et auraient pour emblème la croix (le christianisme), mais ils allaient briser le cercle sacré de la nation et de l'harmonie avec la Mère Terre, en introduisant un mode de vie déséquilibré appelé Koyaanisqatsi qui serait éventuellement appelé à disparaitre. Les prophéties des Hopis sont en gros identiques à celles des Mayas.

L’une des grandes prédictions dit ceci: "Un jour certaines étoiles viendront ensemble en une seule rangée, comme cela s’est déjà produit il y a des milliers d’années. C’est le temps de purification pour la Terre. Des changements de climat et de nombreuses catastrophes peuvent se produire quand nous parviendrons à ce stade. Ce qui peut se produire alors personne ne peut le savoir réellement". Des " étoiles en une seule rangée"? Voilà un élément qui évoque l’alignement de toutes les planètes prévu le 21 décembre 2012. D’après cette prophétie, outre d’immenses dégâts et pertes en vies humaines, ce serait le début d’une nouvelle ère glaciaire.

Selon les indiens Hopis:
Le premier monde a été détruit par un feu dévastateur qui vint du ciel et de la Terre.
Le deuxième monde a pris fin quand le globe terrestre a dévié de son axe et que tout fut recouvert de glace.
Le troisième monde a été anéanti par un déluge universel.
Le monde actuel est le quatrième et sera anéanti par les flammes.


2012 LES SUMERIENS ET NIBIRU

Lorsque les 12 spirales de l'ADN à segmentation variable (2 actifs sur les 12 à l'origine) seront réactivées, ces spirales commenceront à se connecter sur le système des 12 centres énergétiques de l’homme nommés chakras (7 internes et 5 externes) en correspondance avec les 12 luminaires et planètes de notre système solaire, si l’on y inclut la planete Nibiru (la planète de passage), la dixième planète (planète X).


Il est curieux de noter que les phases évolutives de l'humanité se font au rythme de 3600 ans c'est-à-dire qu'à chaque retour de la planète Nibiru, une nouvelle phase civilisatrice commence. 11 000 ans Av. J.C. : l'agriculture ; 75 000 av. J.C. la culture néolithique puis 3800 ans av. J.C. la civilisation sumérienne.

La dernière fois que Nibiru serait passé, était à l'époque de Moïse. 1300 - 1250 ans av J.C.


Deux faits furent marquant: d'abord la manne céleste. Son explication tient au fait que Nibiru, planète-comète, aurait une queue. Celle-ci, outre des particules allant du gravier aux pierres plus grosses, contiendrait des substances pétrolifères qui au contact de notre atmosphère se précipitent telle une rosée sucrée très riche en protéines et comestible. L'autre point serait l'ouverture de la Mer Rouge devant les Hébreux. Il s'est agi sous l'effet de l'attraction de Nibiru de remontées de plaques tectoniques qui ont momentanément scindé la mer en deux avant de s'effondrer engloutissant ainsi les Egyptiens. Dans ce ca, la Planète, sera au plus près de nous dans 250 à 300 ans par rapport à la date estimée de la vie de Moïse. Certains de ses passages ont été catastrophiques d'autres non. Donc Nibiru ne sera pas dans le ciel le 21 décembre 2012. En tout cas, cela valide les écrits sumériens. Voir : Nibiru la planète X


2012 ET LES EGYPTIENS

Il y a quelques 10.000 ans, l'axe de la terre aurait basculé provoquant un glissement des pôles. Cet évènement les Égyptiens, (héritiers des Atlantes?), l'ont appelé " Le Grand Cataclysme ".

Le Grand Cataclysme se déroule pendant l'ère du Lion, aussi les égyptiens ont ils gravé deux lions dos à dos entre eux, le soleil coincé entre l'hiéroglyphe du ciel l'un vers le haut, l'autre vers le bas, c'est à dire le ciel d'avant et le ciel d'après. L'adolescent repésente surement l'humanité très appauvrie après le déluge.


Les Égyptiens vont accorder à Sirius une place considérable dans leur système de calcul du temps (son apparition annuelle qu'ils savaient parfaitement exacte annonçait les crues du Nil); mais aussi, à travers cette forme lumineuse, ils trouvèrent une autre forme de vénération de la divinité, et construisirent des Pyramides, qui ne sont pas autre chose que quatre triangles accolés se rejoignant en un point de Centre, le sommet. L'univers de l'esprit, dieu, esprit ordonné et non par hasard, Dieu Grand Architecte de l'Univers, siège au sommet du triangle, donc de la Pyramide, là où il n'y a de place que pour Un. Les Atlantes auraient transmis aux Égyptiens, ces secrets.


Il y a quelques 10000 ans, l'axe de la terre aurait donc basculé provoquant un glissement des pôles et un cataclysme planétaire. La disposition des pyramides suggère un lien avec l'Atlantide. Des scientifiques ont en effet découvert que les pyramides d'Egypte étaient disposées suivant un schéma correspondant exactement à celui d'une zone de la constellation d'ORION, telle que celle-ci apparaissait en 10450 avant J-C, c'est à dire bien avant les débuts de la civilisation égyptienne... mais à une époque pouvant être celle des Atlantes.


LA RESONANCE SCHUMANN

Gregg Braden  a apporté la preuve scientifique du passage de la Terre à travers la ceinture de photons et du ralentissement progressif du rythme des rotations de la Terre. En même temps, il est parvenu à démontrer scientifiquement l'accélération de la fréquence de résonance de la Terre, la "Résonance Schumann".

Selon G. Braden, quand la Terre arrêtera ses rotations et que la fréquence atteindra 13 cycles (13 Hz), nous serons au ''Point Zéro ' du champ magnétique. Il pense que la Terre s'immobilisera puis commencera à tourner dans l'autre sens produisant un renversement dans le champ magnétique autour de la Terre et en elle.


CONCLUSION

Des paléobiologistes ont découvert des traces fossiles qui indiquent que « la vie semble avoir été inscrite, gommée et réécrite quatre ou cinq fois, depuis le Cambrien. Ce qu’ils ont constaté, c’est qu’à différentes époques de l’histoire, la vie s’est développée pour être ensuite presque instantanément gommée. A chaque cycle, il s’en est suivi une période où la Terre a été dépourvue de toute vie pendant des millions d’années. Les grandes extinctions de masse sont prouvées. Là encore, elles n’ont jamais été expliquées clairement. Rentrent-elles également dans ce schéma de mort et de résurrection cyclique ?

La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Elle boucle son tour aujourd’hui en 24 h mais il ne lui en fallait que 22 il y a 400 millions d’années. Le champ magnétique terrestre serait-il en train de s’inverser ? Sur les 150 dernières années, l’intensité de la composante Nord-Sud du champ magnétique a décru de 10%. De plus, le pôle nord magnétique a été sérieusement perturbé ces trente dernières années.

La Terre n’a pas toujours été bleue. Il y a environ 750 millions d’années, elle aurait été entièrement recouverte de glace. Des pôles à l’équateur, une énorme couche de glace aurait recouverte toute sa surface. C’est du moins ce que pensent de nombreux climatologues. Toute trace de vie aurait été éliminée pendant cette longue période. Il y a 800 millions d’années, les continents actuels se regroupent en un seul bloc, la Rodinia. Puis, ce super continent se fissure sous l’effet d’une intense activité volcanique. Des mers s’ouvrent et de gigantesques quantités de basalte son libérées ce qui piège une quantité de dioxyde de carbone. L’effet de serre perd alors son efficacité et les températures s’effondrent, provoquant la plus grande période glaciaire de tous les temps.

Des études en paléomagnétisme ont établi que la polarité magnétique de la Terre "s'était inversée plus de 170 fois pendant les derniers 80 millions d'années". Selon un article du géologue S.K Runcorn, Professeur à l'Université de Cambridge, "il ne fait aucun doute que le champ magnétique de la Terre est déterminé directement ou indirectement par la rotation de la Terre". Donc, l'axe lui-même de la Terre aurait changé. Plus simplement, la planète aurait basculé sur elle-même, ce qui aurait entraîné un changement de la localisation des pôles géographiques. Selon des articles parus dans Nature, la dernière inversion géomagnétique a eu lieu il y a 12 400 ans, au onzième millénaire avant notre ère. On sait que cette période est marquée de grandes extinctions dans le monde animal. (Nature 234,27/12/71). Certains scientifiques estiment que la prochaine inversion des pôles magnétiques terrestres aura lieu vers 2030. (article paru dans Nature 12/2/76).

On sait aujourd'hui que les pôles Nord et Sud du champ sont susceptibles de s’inverser. Les laves solidifiées sont là pour en témoigner puisqu’elles pointent alternativement vers les régions australes ou boréales. Depuis quelques décennies, on a d’ailleurs observé l’extension croissante d’une anomalie du champ magnétique dans l’Atlantique Sud. (article paru dans Sciences&Vie N°229).

Selon les lois de la mathématique et de la physique, la Terre ne peut subitement tourner dans l'autre sens à cause de la conservation du moment cinétique ( c'est ce qui fait qu'une ballerine tourne plus vite quand elle raproche ces bras le long du corps ). Il faudrait une collision violante pour que ça se produise ou l'arrivée d'une planete dans notre systeme solaire (La Nibiru des sumériens?) dereglant tout sur son passage. Une inversion des pôles est alors plus probable plutôt qu'un changement de rotation de la terre...

23:27 Écrit par CAST dans l'étrange | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : etrange |  Facebook |