28/12/2006

FIN SADAM HUSSEIN

L'ordre d'exécution de Saddam
imagesCAZ2KARD

Hussein publié par la cour


Le Haut tribunal pénal irakien a publié ce jeudi l'arrêt rejetant l'appel de l'ancien président irakien Saddam Hussein et ordonnant sa condamnation à mort pour "crime contre l'humanité".

Condamnation approuvée
"La cour approuve la condamnation pour crime contre l'humanité et la peine, prononcée contre les condamnés Saddam Hussein, Barzan al-Tikriti, Awad al-Bandar, de pendaison jusqu'à ce que mort s'ensuive (...)", indique le document. Le jugement, long de 17 pages, est signé du président du Haut tribunal pénal, le juge Arif Abdul Razzak Shaheen. Sa publication constitue la première étape d'une procédure qui doit aboutir à la pendaison de l'ancien dictateur. Le document doit ensuite être transmis à la présidence pour être paraphé par le président irakien Jalal Talabani, ou à défaut par l'un de ses vice-présidents.

30 jours
Saddam Hussein a été condamné à mort le 5 novembre par le Haut tribunal pénal irakien pour l'exécution de 148 villageois chiites de Doujail (60 km au nord de Bagdad), dans les années 1980, en représailles à un attentat contre le convoi présidentiel. Son demi-frère Barzan al-Tikriti, ancien chef des services de renseignement, et l'ancien président du tribunal révolutionnaire Awad al-Bandar, ont également été condamnés à la peine capitale. La cour d'appel du Haut tribunal a ratifié mardi cette sentence et prévenu que Saddam Hussein et ses coaccusés seraient exécutés par pendaison sous 30 jours et "à n'importe quel moment à partir de mercredi".
imagesCA2G971P


Les crimes ne doivent pas rester impunis
Dans son jugement, la cour répond en détail à toutes les objections soulevées par la défense des accusés. "Les actes attribués aux condamnés dans le procès de Dujail sont des crimes nationaux et internationaux qui ont été commis en violation des lois irakiennes et internationales", ont estimé les neufs juges. "Les crimes commis par les trois condamnés menacent la paix, la sécurité et le bien commun du monde entier, suscitent l'angoisse au sein de la communauté internationale. Ils ne doivent pas rester impunis", poursuit le jugement. "Ceux qui ont commis ces crimes doivent être tenus pour responsables et subir les conséquences de leurs actes (...). Il est du devoir de l'Etat d'appliquer son autorité contre les condamnés", conclut le texte.

12:25 Écrit par CAST dans catastrophe humaines | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.