12/12/2006

VIRUS

VIRUS
Minuscule parasite des cellules qui pénètre dans la cellule et l'utilise pour se multiplier et contaminer d'autres cellules.
Un virus est un minuscule parasite des cellules . Incapable de vivre seul, le virus pénètre dans la cellule et l'utilise pour se multiplier et ainsi contaminer d'autres cellules. Des maladies comme la grippe, la varicelle mais aussi le SIDA sont provoquées par des virus. Outre l'homme, les animaux, les plantes et même les bactéries peuvent être infectés par des virus.
Virus de l'herpès
VIRUS DE L'HERPES

Les virus sont des assemblages de molécules , constitués d'un génome ( ADN ou ARN ) et d'une enveloppe de protéines . Pour se multiplier, ils détournent à leur profit les mécanismes vitaux de la cellule hôte. Le système immunitaire est capable de détruire certains virus (rhume) ou de limiter leur multiplication (herpès) mais d'autres échappent à sa vigilance (SIDA). Il existe quelques médicaments anti-viraux (par exemple l'acyclovir contre l'herpès) qui inhibent la multiplication des virus sans les éliminer complètement. Les vaccins , lorsqu'ils existent, constituent la meilleure protection. Dans le traitement de cancers ou de maladies génétiques comme la mucoviscidose, la thérapie génique utilise certains virus désactivés comme "vecteurs" pour transférer des gènes sains à une cellule cible.

Virus de la grippe

VIRUS DE LA GRIPPE

 

Le virus Nipah

Le virus Nipah est un nouveau virus responsible d'une zoonos « découvert » en 1999, qui provoque la maladie chez l'animal et chez l'homme, à la suite d'un contact avec des animaux infectieux. Il tire son nom de l'endroit où il a été identifié pour la première fois en Malaisie. Le virus Nipah est étroitement apparenté à un autre virus zoonosique découvert récemment (1994), appelé virus Hendra, du nom de la ville où il est apparu pour la première fois en Australie. Le virus Nipah et le virus Hendra appartiennent à la famille des Paramyxoviridae. Si les membres de ce groupe de virus ne sont à l'origine que de quelques flambées circonscrites, la capacité biologique de ces virus à infecter un large éventail d'hôtes et à provoquer une maladie entraînant une mortalité importante chez l'homme a fait de cette infection virale émergente une préoccupation de santé publique.

Hôte naturel

On pense actuellement que certaines espèces de chauves-souris frugivores sont les hôtes naturels des virus Nipah et Hendra. Leur distribution géographique couvre une zone englobant le nord, l'est et le sud-est de l'Australie, l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines et certaines îles du Pacifique. Les chauves-souris semblent être sensibles à l'infection par ces virus, mais ne sont pas elles-mêmes malades. On ignore de quelle façon le virus est transmis de la chauve-souris aux animaux.

Transmission

Le mode de transmission d'un animal à l'autre et de l'animal à l'homme est mal connu, mais semble nécessiter un contact étroit avec des tissus ou des liquides organiques contaminés d'animaux infectés. Des anticorps anti-Nipah ont été détectés chez le porc et d'autres animaux domestiques et sauvages. Le rôle d'espèces autres que le porc dans la transmission de l'infection à d'autres animaux n'a pas encore été précisé.

Il est peu probable que la transmission du virus Nipah à l'homme s'opère facilement , même si les comptes rendus précédentes laissent à penser qu'il passe plus facilement de l'animal à l'homme que le virus Hendra. Malgré des contacts fréquents avec les chauves-souris frugivores, on n'observe aucune trace sérologique d'infection chez les personnes qui s'en occupent. Dans la flambée malaisienne survenue à Nipah, les porcs étaient apparemment à l'origine de l'infection de la plupart des cas rencontrés chez l'homme, mais on ne peut exclure d'autres sources, comme des chiens ou des chats infectés. On n'a signalé aucune transmission d'homme à homme du virus Nipah.

Caractéristiques cliniques

La période d'incubation est comprise entre 4 et 18 jours. Dans de nombreux cas, l'infection est bénigne ou invisible (infraclinique). Dans les cas symptomatiques, la maladie débute habituellement par un syndrome « de type grippal », avec forte fièvre et douleurs musculaires (myalgies). Elle peut évoluer vers une inflammation cérébrale (encéphalite) accompagnée d'une somnolence, d'une désorientation, de convulsions et d'un coma. Cinquante pour cent des cas cliniques déclarés sont mortels.

Traitement

Aucun traitement médicamenteux ne s'est jusqu'ici avéré efficace contre l'infection à virus Nipah. Le traitement est avant tout un traitement de soutien intensif. Il semble qu'un traitement précoce par la ribavirine, un antiviral, permette de réduire à la fois la durée et la gravité de cette maladie fébrile. Toutefois, on ne sait pas encore si ce traitement permet d'obtenir la guérison ou d'améliorer la survie.

de nouveaux virus sont a craindre pour le future.

certains ce guerrirons mais d'autres emergeront.

 

17:33 Écrit par CAST dans catastrophe naturelles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : virus maladie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.