16/11/2006

ERIKA

 

 

                                Catastrophe de l'ERIKA

Le 12 décembre 1999, on apprenait le naufrage du Pétrolier ERIKA face aux côtes françaises. Brisé en deux, le fioul contenu dans 3 de ses cales partait à la dérive (on ne sait pas exactement quelle quantité: entre 10000 et 15000 tonnes)

p4

Dans un premier temps, des remorqueurs ont éloigné les deux morceaux de l'épave pour qu'elles ne viennent pas directement sur nos côtes. Le lendemain, ces deux parties ont coulé, par 120 mètres de fond, tout en continuant à perdre du fioul.

Si dans la première semaine, les côtes ont été épargnées, les courants et la tempête ont rendu impossible le pompage des nappes de pétrole à la dérive et le matin de Noël, de nombreuses plaques ont touché la côte...

Tout s'est alors accéléré et près de 400 km de littoral ont été touchés. Les bénévoles sont venus en nombre sur les côtes pour aider les municipalités au nettoyage. Le matériel faisait pourtant cruellement défaut.petrolec

p6
p3

En 15 jours, 13000 oiseaux morts. Et c'est pas fini...
Un peu partout, les centres de traitement sont débordés et les oiseaux sont mis en carton puis expédiés jusqu'en Belgique ou en Hollande pour y être soignés !

p2

 

p5Les animaux morts sont  comme soudés dans le pétrole. Les retirer demande de gros efforts; il faut quasiment découper le pétrole autour d'eux.

En nettoyant jeudi (30/12/1999) nous avons vu passer deux cormorans et quelques goélants. Tout le monde espérait qu'ils passeraient leur chemin et ne viendraient pas se poser là. Les goélants volaient toujours mais présentaient de vilaines taches noires sur le ventre.

Sur les plages, si on recueillait au départ quelques oiseaux vivants, on n'entasse désormais les restes englués, presque méconnaissables des fous de bassan, guillemots et autres goélants...

Même ceux qui sont transférés dans des centres de nettoyage (comme l'école vétérinaire de Nantes) ne sont pas sûr de survivre, intoxiqués par le pétrole ingéré en essayant eux-même de nettoyer leurs plumes.

 

08:54 Écrit par CAST dans catastrophe humaines | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.