05/11/2006

 ACCIDENT VOITURES

Chaque année, 1,2 million de personnes meurent sur les routes. A ce terrible bilan, il faut ajouter plus de 50 millions de blessés. La Journée mondiale de la santé 2004 sera ainsi consacrée à la sécurité routière

accident5

 

normal_acc_est_130206_2normal_desincar_eq3_250106_1normal_deblocHyoneq1_070206_4

 

Destins ou  accidents  ?

Nous vivons dans un pays où la sécurité est à un niveau particulièrement élevé. Cela ne signifie pas que l'insécurité ne soit pas ressentie. Avoir une des espérances de vie parmi les plus élevées au monde ne facilite pas l'acceptation des facteurs résiduels de mort prématurée. A l'opposé nous ressentons comme particulièrement intolérables certains d'entre eux, sans que notre attitude ait toujours un fondement rationnel. Les niveaux de risque perçus et leur acceptabilité dépendent de représentations sociales et personnelles, ils ne se résument pas à des statistiques.

L’accident de la route est un événement banal paraissant avoir perdu toute aptitude à susciter l’émotion. Un accident de train en gare de Lyon ou un attentat dans le RER provoquent une indignation et un souvenir durables, car nous sommes habitués à des années entières sans accident mortel sur les rails et sans terrorisme meurtrier. Un plus grand nombre de morts quotidiennes sur les routes semble avoir usé les capacités d’indignation. Comme on acquitte un péage d’autoroute, on accepte de payer en vies humaines le libre usage d’une voiture ou d’un vélo. Exceptionnellement, quand un car transportant des enfants brûle près de Beaune, ou quand des dizaines de véhicules s’encastrent les uns dans les autres lors d’une collision provoquée par la vitesse excessive dans le brouillard, l’indignation réapparaît pour quelques jours. Il faut lutter contre cette usure de l’émotion et faire percevoir l’accident de la route comme un risque affectif intolérable au niveau où il se situe dans notre pays. Si nous voulons éviter de pleurer sur nos proches, nous devons d’abord faire la différence entre l’effet du hasard dans le choix des victimes et l’absence de hasard dans le nombre de tués observés dans un pays chaque année.

accident-nocturne
boat_saves_truck

AutoPO517H400w

ON SE CROIT SOUVENT INVINSIBLE dans une voiture la preuve et la.

7

 

9

Traumatologie routière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La traumatologie routière est l'étude des traumatismes physiques résultant des accidents de la routes.

Dans de nombreux cas, notamment les accidents à grande vitesse ou bien les piétons ou deux-roues renversés, les victimes souffrent de nombreux traumatismes

14:37 Écrit par CAST dans ACCIDENT | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

super Très bonne idée ce blog et j'espère qu'il va en faire réfléchir plus d'un
Je place le lien sur le mien ca multipliera les chances du moins je le souhaite
Bonne continuation!!!

Écrit par : jo | 05/11/2006

Les commentaires sont fermés.